Lettre d'Afrique du Sud

LETTRE OUVERTE AU CLUB PESSAC RUGBY

Le Cap, Afrique du Sud

1er février 2020

Cher Olivier, William, mes anciens coéquipiers, actuels joueurs de rugby et supporters de Pessac

Je vous écris après de nombreuses années avec de très bons souvenirs des 5 mois pendant lesquels j'ai été accepté (et honoré) de jouer pour Pessac (alors SPUC) de janvier 1990 à mai 1990.

Cela fait 30 ans que j'ai eu ce privilège. J'ai été présenté à Pessac par Dominique Loueilh, que j'ai rencontré lors d'un match entre Bègles-Bordeaux et Biarritz à Bordeaux.

À l'époque, je travaillais pour une entreprise d'équipement de machines à papier basée à Mérignac, près de l'aéroport. Je suis toujours de très bons amis avec Dominique et nous sommes en contact les uns avec les autres. Lui et sa petite amie se sont rendus en Afrique du Sud vers la fin de 2018, et ils sont restés quelques jours avec ma femme et moi avant de rentrer en France.

Je vous écris pour plusieurs raisons; d'abord pour vous parler du (possible) centenaire du rugby de Pessac, mais aussi pour vous donner quelques nouvelles depuis 1990.

Avant d'être autorisé par le syndicat français de rugby à jouer pour la SPUC en 1990, j'ai dû obtenir la permission des autorités du rugby en Afrique du Sud. J'ai reçu une lettre qui a été acceptée et j'ai été autorisée à jouer. Ci-dessous, une photo de l'équipe avant l'un de nos matchs. Olivier Blanc (votre président actuel) était notre capitaine et William Chanteux notre entraîneur.

Malheureusement, je ne me souviens pas des noms de tout le monde (vous savez que je vieillis un peuJJ). Au départ, j'ai joué pour la 2ème équipe, mais une fois mes papiers acceptés par la FFR, j'ai été autorisé à jouer pour la 1ère équipe. Quel privilège de jouer avec ces hommes. Mon premier match pour la 1ère équipe a été contre Floirac, au stade Floirac. A cette époque, Floriac était en tête du classement des points, alors que la SPUC avait du mal, mais nous entamions la seconde moitié de la saison. J'ai adoré le match contre Floirac car c'était un rugby difficile. À un moment donné du jeu, la plupart des joueurs ont été impliqués dans un grand combat (je pense que notre président était sur le point de se battre aussi). Malheureusement, nous avons perdu ce match 16-9 (je pense que c'est correct) mais cela a donné beaucoup de confiance à l'équipe pour le reste de la saison. Je pense que nous avons gagné chaque match après cela. J'ai adoré la participation à SPUC et j'ai été traité comme un membre de la famille.

Voici quelques photos d'action que quelqu'un a prises et conservées dans un endroit sûr pour me rappeler les bons souvenirs.

C'était le dernier match de la saison vers mai 1990.

En 1990, j'ai acheté 12 bouteilles de vin commémoratif. Je comprends que c'était le 70e anniversaire de la SPUC à l'époque. J'ai encore 2 bouteilles dans ma collection qui sont illustrées sur la photo ci-dessous.

Cela signifie que 2020 est le centenaire de Pessac. Ayant déjà écrit à Olivier à ce sujet, je comprends que l'on ne sait pas exactement quand le club a été créé officiellement,  car il a été utilisé pour aider à la réhabilitation des soldats après la Première Guerre mondiale. Il pourrait alors être plus ancien. Néanmoins, je tiens à féliciter Pessac pour cette réalisation importante et j'espère que Pessac célébrera cette étape avec style. (En passant, deux de mes grands oncles se sont battus en tant que Sud-Africains pour les forces alliées. Les deux ont heureusement survécu à l'horreur des tranchées.)

Il y a aussi un autre match dont je me souviens très bien. Après la fin de la saison, nous devions jouer un match amical contre une équipe qui était dans la division au-dessus de Pessac. Si ma mémoire est correcte, je pense que c'était l'équipe de l'ASPTT Bordeaux . Lorsque nous sommes descendus pour la première mêlée, la mêlée a éclaté et il y a eu une grosse bagarre. Je me souviens avoir essayé de frapper autant de joueurs de rugby que possible avant que le combat ne se termine. Après une bonne discussion au sein de l'équipe, je pense que Pessac a continué à jouer le meilleur match de rugby de toute la saison. C'était de la poésie en mouvement. Les coups de pied arrêtés (mêlée et alignements) étaient tout simplement brillants, les rucks et les mauls étaient engagés avec beaucoup d'agressivité et la liaison avec la ligne de fond était magnifique. Honnêtement, je peux dire que c'était l'un des meilleurs matchs de rugby auxquels j'ai participé au cours des années où j'ai joué. Et le meilleur de tous, c'est que Pessac a remporté le match. C'était incroyable. Que s'est-il donc passé après mon retour en Afrique du Sud en juin 1990? Avec des engagements de travail et moi complétant un diplôme universitaire en commerce, j'ai rejoint Hillcrest Villagers Rugby Club (HVRC) en 1993, qui est un petit village à 20 km à l'ouest de Durban. C'était un club très fort en 2ème division. Ci-dessous une photo de notre équipe (rouge et jaune comme Floirac ??)

J'ai joué pour HVRC jusqu'en 1999 puis j'ai arrêté de jouer au rugby. J'ai aussi joué quelques matchs pour l'équipe des «golden oldies» (voir ci-dessous).

Heureusement aujourd'hui, je n'ai pas de blessures permanentes dues au rugby (je ne me suis cassé que deux doigts) et je reste très actif avec de courtes courses en pleine nature.

En 1995, c'était la coupe du monde de rugby (RWC 19950 en Afrique du Sud). Pour la finale contre les All Blacks, nous avons eu une fête chez nous à Durban. Le thème était qu'il était obligatoire pour tout le monde de porter un maillot de rugby. Ci-dessous, la célébration lorsque le coup de sifflet final a sonné et que les Springboks ont gagné. Vous remarquerez que je porte mon maillot SPUC qui m'a été présenté lors de mon départ de France en 1990.

 

La photo suivante est avec la fille de mon frère (ma nièce) à la même célébration.

Après la RWC 1995, Olivier Roumat, qui avait joué pour la France, m'a été présenté par Dominique. Nous sommes devenus amis et restons amis à ce jour. Une photo sur notre ferme en août 1995.

En novembre 1997, j'ai voyagé en France avec mon beau-frère, lors de la tournée des Springboks. Nous sommes allés à tous les matchs pendant les deux semaines (premier test à Lyon et deuxième test à Paris). Nous avons rencontré Valérie, l’épouse de Dominique et Olivier Roumat. Sur la photo, Alexandre, leur fils qui était bébé, qui pourrait bien jouer pour la France un jour.

J'ai fait une visite à Pessac pendant la tournée mais il n'y avait personne là-bas, sauf le directeur du domaine.

La dernière photo nous montre une rencontre avec d'autres fans de Springbok à Paris avant le match.

 

En terminant cette lettre, je souhaite adresser mes meilleurs vœux à Pessac pour l'avenir. Que le rugby de Pessac se développe de plus en plus, et mes meilleures salutations à tous mes amis de Pessac. Je vous salue. Bien à vous dans le rugby et l'amour de l'Afrique du Sud.

Cuan Watkins

 

 

 

Cape Town South Africa 1 st February 2020 OPEN LETTER TO PESSAC RUGBY CLUB Dear Olivier, William, my former teammates, current Pessac rugby players and supporters I write to you after many years with very good memories of the 5 months that I was accepted (and honoured) to play for Pessac (then SPUC) from January 1990 until May 1990. It is 30 years since I was given this privilege. I was introduced to Pessac by Dominique Loueilh, who I met when I was watching a game between Begles-Bordeaux and Biarritz in Bordeaux. At the time I was working for a paper machine equipment company based at Merignac near to the airport. I am still very good friends with Dominique and we are in contact with each other. He and his girlfriend travelled to South Africa towards the end of 2018, and they stayed a few days with my wife and I before they returned to France. I write to you for a few reasons; firstly to talk about the (possible) centenary of Pessac rugby, but also to give you some news since 1990. Before I was allowed by the French rugby union to play for SPUC in 1990, I had to get permission from the rugby authorities in South Africa. I got a letter and this was accepted, and I was allowed to play. Below is a picture of the team before one of our games. Olivier Blanc (your current President) was our captain and William Chanteux our ).JJtrainer. Unfortunately I cannot remember the names of everyone (you know I am getting a little older Initially I played for the 2nd team, but once my papers were accepted by FFR, I was allowed to play for the 1st team. What a privilege to play with these men. My first game for the 1st team was against Floirac, at the Floirac stadium. At that time Floriac was at the top of the points log, while SPUC had been struggling, but we were going into the second half of the season. I loved the game against Floirac as it was hard rugby. At one point in the game, most of the players ). Unfortunately we lost this game 16-9 (IJJwere involved in a big fight (I think our President was about to fight also think this is correct) but it gave the team much confidence going into the rest of the season. I think we won every game after this. I loved the involvement at SPUC and I was treated like a family member. Here are some action pictures that someone took and have kept in a safe place to remind me of the good memories. This was the last match of the season around May 1990. In 1990 I purchased 12 bottles of commemorative wine. I understand that it was the 70th anniversary of SPUC at the time. I still have 2 bottles in my collection which are shown in the photograph below. This means that 2020 is the centenary of Pessac. Having written to you Olivier about this already, I understand that it is not exactly known when the club started, as it was used to help rehabilitate soldiers after WW1. It could then be older. Nonetheless, I wish to congratulate Pessac on this significant achievement and I hope that Pessac will celebrate this milestone in fine style. (As an aside, two of my great uncles fought as South Africans for the Allied Forces. Both thankfully survived the horror of the trenches.) There is also another game that I remember very well. After the season finished, we were to play a friendly game against a team that was in the division above Pessac. If my memory is correct, I think it was the Post Office team. When we went down for the first scrum, the scrum broke up and there was a big fight. I remember trying to hit as many Post Office rugby players as possible before the fight broke up. After a good talking amongst the team, I feel that Pessac went on to play the best rugby game of the whole season. It was poetry in motion. The set pieces (scrum and lineouts) were simply brilliant, rucks and mauls were engaged with much aggression and the linking with the backline was stunning. Honestly I can say it was one of the best games of rugby I have been involved in during the years that I played. And the best of all was that Pessac won the game. It was incredible. So what happened after I returned to South Africa in June 1990? With work commitments and me completing a University degree in Business, I joined Hillcrest Villagers Rugby Club (HVRC) in 1993, which is a small village 20kms to the west of Durban. It was a very strong club in the 2nd division. Below is a picture of our team (red and yellow like Floirac??) I played for HVRC until 1999 and then I stopped playing rugby. I also played a few games for the “golden oldies” team (see below). Thankfully today I do not have any permanent injuries from rugby (I only broke two fingers), and I remain very active with short trail runs in the wild. In 1995 it was the rugby world cup (RWC 19950 in South Africa). For the final against the All Blacks we had a celebration at our home in Durban. The theme was that it was compulsory for everyone to wear a rugby jersey. Below is the celebration when the final whistle had blown and the Springboks had won. You will note that I am wearing my SPUC jersey that was presented to me when I left France in 1990. The next picture is with my brother’s daughter (my niece) at the same celebration. After RWC 1995, Olivier Roumat, who had played for France, was introduced to me by Dominique. We became friends and remain friends to this day. A picture on our farm in August 1995. In November 1997, I travelled to France with my brother in law, when the Springboks toured. We went to all the games during the two weeks (first test in Lyons and second test in Paris). We met up with Dominique and Olivier’s wife, Valerie. In the picture is Alexandrie, their son who was a baby, who may well play for France one day. I made a visit to Pessac during the tour but there was no one there, except for the manager of the grounds. The last picture shows us meeting up with other Springbok fans in Paris before the match. As I finish this letter, I wish to express my best wishes to Pessac for the future. May Pessac rugby go from strength to strength, and best regards to all my friends at Pessac. I salute you. Yours in rugby and love from South Africa. Cuan Watkins

Ladbrokes Review L.BetRoll
Top United Kingdom Bookmakers http://betroll.co.uk/
Online bookmaker the UK http://whbonus.webs.com/ William Hill